Printemps 1218,

Plus de treize ans après la destruction de Gogham, notre long exil prend enfin un sens. Depuis quelques jours, une rumeur courait qu'une femme marquée des signes de la peste de Gogham avait été vue près du village. La nuit dernière, elle s'est présentée à notre porte. Il nous a fallu quelques instants pour la reconnaître. La grande nouvelle qu'elle nous apportait est une lueur d'espoir que nous n'espérions plus. Avec l'accord de la princesse, je convoquerai les rares gens de confiance qui connaissent notre réelle identité dans les environs afin de tenter de reprendre contact avec nos anciens alliés maintenant éparpillés aux quatre coins du royaume. J'espère que d'ici un an, nous aurons les appuis nécessaires pour révéler notre présence au grand jour et accueillir ceux qui auront une fois de plus entendu l'appel de notre princesse.

Iséréo, scribe et conseiller de la princesse Andariel, héritière en exil du trône de Solunne.